A- A A+

Un terminal méthanier est une installation permettant de regazéifier du gaz naturel liquéfié (GNL) transporté par voie maritime par les expéditeurs depuis les zones de production.

Fonctions

Un terminal classique a quatre fonctions :

  • Réceptionner les navires méthaniers et décharger ou recharger leur cargaison.
  • Stocker du GNL dans des réservoirs cryogéniques (- 160 °C).
  • Regazéifier du GNL en fonction des besoins du réseau.
  • Remettre ce gaz sur le réseau de transport national.

Réception et déchargement

Arrivé au terminal, le navire méthanier (bateau de 200 à 350 m de long) est amarré au quai de déchargement. Des bras articulés viennent se brancher sur les cuves du méthanier, pour permettre le déchargement de la cargaison et le transport du GNL vers les réservoirs.
Le GNL passe dans des canalisations conçues pour résister aux très basses températures (- 160 °C). Cette opération dure moins de 12 heures. Un volume de gaz d'évaporation est renvoyé des réservoirs vers le méthanier pour maintenir la pression de ses cuves.

Stockage

Le GNL est stocké dans des réservoirs cryogéniques (conçus pour les très basses températures) capables de résister à une température de - 160 °C pour le conserver à l'état liquide. L'enveloppe extérieure des réservoirs est en béton armé précontraint ou en acier. Leur isolation permet de limiter les évaporations.
Malgré la qualité de l'isolant, il y a de faibles entrées de chaleur dans les équipements contenant du GNL. Cela conduit à une légère évaporation du produit. Ces gaz d'évaporation sont récupérés pour être par la suite réincorporés dans le GNL, grâce aux compresseurs de gaz d'évaporation et au recondenseur. Ce recyclage des évaporations permet d'avoir un terminal n'émettant aucun rejet de gaz naturel en fonctionnement normal.
Lors des périodes de maintenance, les gaz d'évaporation ne peuvent plus être récupérés et sont brûlés par la torche. Il est préférable de brûler le méthane plutôt que de le libérer dans l'atmosphère (moins de contribution à l'effet de serre).

Regazéification

Le GNL est ensuite prélevé dans le réservoir, mis sous pression puis regazéifié grâce à des échangeurs.
Chaque réservoir est en effet équipé de pompes immergées qui assurent le transfert du GNL vers des pompes haute pression. Le GNL mis en pression, à environ 80 fois la pression atmosphérique, est alors vaporisé dans des regazéifieurs.
Plusieurs technologies sont utilisées sur les terminaux exploités par Elengy :

  • Des regazéifieurs à ruissellement d'eau qui utilisent l'eau de mer ou l'eau de la Loire (en synergie avec la centrale à cycle combiné gaz voisine du terminal de Montoir),
  • Des regazéifieurs alimentés par une boucle fermée d'eau chaude avec l'usine Air Liquide voisine du terminal de Tonkin,
  • Des regazéifieurs autonomes, dits à combustion submergée.

Emission sur le réseau de transport national

Revenu à l'état gazeux, le gaz naturel subit différents traitements et mesures. Avant son émission sur le réseau de transport national (GRTgaz), le gaz naturel, qui est inodore, est artificiellement odorisé avec une infime quantité de tétrahydrothiophène (THT), qui confère au gaz cette odeur caractéristique connue de tous. Une mesure de sécurité efficace pour que chacun puisse détecter toute fuite de gaz grâce à son odorat.

La sécurité, priorité n°1 pour Elengy

En 50 ans d'exploitation, Elengy n'a eu aucun accident industriel majeur sur ses sites. Depuis son existence, Elengy a ainsi assuré le déchargement en toute sécurité de plus de 9 000 méthaniers sur l'ensemble de ses sites. Le risque d'explosion sur un terminal méthanier est minime car il ne peut se produire que si les trois facteurs suivants son réunis simultanément :

  • Une fuite de gaz dans un milieu confiné,
  • Un mélange gaz/air situé entre 5% et 15%,
  • Une source d'inflammation (étincelle ou flamme).

Sur les terminaux méthaniers d'Elengy, toutes les mesures de sécurité sont prises pour que ces 3 éléments ne soient pas simultanément réunis. Depuis 2009, Elengy est certifié niveau 7 du référentiel de l'ISRS 8© de DNV GL, qui récompense la performance de haut niveau de ses terminaux notamment en terme de management des risques et à la sécurité industrielle, dont la conformité à la Directive européenne Seveso.

Comment fonctionne un terminal méthanier ?

INFOGRAPHIE du fonctionnement d'un terminal methanier

 

1. Le GNL est transféré du navire méthanier au terminal méthanier.

2. Le GNL est réceptionné dans le réservoir.

3. Le GNL est transféré du réservoir au regazéifieur.

4. La température extérieure transforme une petite partie du GNL en gaz d'évaporation.

5. Les évaporations sont transformées en GNL par apport de froid dans le recondenseur.

6. Le gaz est transformé de l'état liquide à l'état gazeux.

7. Enfin, il est compté, odorisé et émis sur le réseau de gaz naturel.

8. Il peut être aussi transporté par camions-citernes pour les industriels non raccordés au réseau.

9. Organe de sécurité relié aux équipements du site. Lors des périodes de maintenance, les gaz d'évaporation ne peuvent plus être récupérés et sont brûlés par la torche. Il est préférable de brûler le méthane plutôt que de le libérer dans l'atmosphère (moins de contribution à l'effet de serre).

GNL : Le gaz naturel liquéfié (GNL) est du gaz naturel rendu liquide par refroidissement à moins 160°C. Pour une même quantité de gaz naturel, le volume du GNL est environ 600 fois inférieur à celui de son état gazeux. Le transport du gaz naturel sous forme liquide à pression atmosphérique permet aux navires d'acheminer des quantités importantes d'énergie : un moyen de transport ef?cace et compétitif pour diversifier les sources et les routes d'approvisionnement et accéder à des réserves de gaz éloignées.

 

Elengy diversifie les services de ses terminaux

Elengy adapte en permanence sa gamme de services afin de répondre aux besoins de ses clients et à l'évolution du marché du GNL.


Rechargement de navires

Elengy propose désormais aux expéditeurs la possibilité de recharger du GNL préalablement déchargé par lui-même ou par un expéditeur tiers. En fonction du débit, un méthanier peut être rechargé en 2 à 3 jours.


Transbordement de GNL

Le service de transbordement d'Elengy utilise des canalisations reliant directement deux navires méthaniers, sans passer par un des réservoirs de GNL du terminal méthanier.
Cette opération permet notamment à nos clients de parcelliser ou de diviser une cargaison de grande taille en de plus petites, ou d'optimiser une flotte de méthaniers : par exemple, un navire-méthanier brise-glace en provenance du cercle polaire transbordera sa cargaison de GNL sur un méthanier traditionnel, adapté pour la navigation en eaux chaudes.

 

Le transbordement de GNL entre deux navires méthaniers.

schema de transbordement de GNL entre deux navires methaniers par étapes

 

1. Le méthanier dont les cuves sont pleines livre le GNL.

2. Le méthanier dont les cuves sont vides reçoit le GNL.

3. Le service de transbordement utilise des canalisations reliant directement les deux navires sans passer par un réservoir. Le GNL n'est donc ni mélangé,ni stocké au sein du terminal.

GNL : Le gaz naturel liquéfié (GNL) est du gaz naturel rendu liquide par refroidissement à moins 160°C. Pour une même quantité de gaz naturel, le volume du GNL est environ 600 fois inférieur à celui de son état gazeux. Le transport du gaz naturel sous forme liquide à pression atmosphérique permet aux navires d'acheminer des quantités importantes d'énergie : un moyen de transport efficace et compétitif pour diversifier les sources et les routes d'approvisionnement et accéder à des réserves de gaz éloignées.


Chargement de camions-citernes

Le chargement de camions-citernes en GNL est destiné à l'approvisionnement en gaz naturel de sites industriels qui ne sont pas raccordés au réseau de transport par gazoduc, ainsi qu'aux stations de distribution de GNL carburant (camions, navires). Ce service s'intègre dans l'offre de « GNL au détail »  proposé par Elengy à ses clients.

La station de chargement de camions-citernes en GNL

 

schema d'un chargement de camion-citerne en GNL par étapes

 

1. Le GNL est transféré du réservoir du terminal vers la station de chargement.

2. La station de chargement est connectée au circuit de GNL du terminal.

3. Le GNL transite via des canalisations flexibles vers la citerne du camion.

4. Le camion-citerne est pesé à l'arrivée et à la sortie du terminal sur un pont-bascule afin de compter le GNL chargé.

GNL : Le gaz naturel liquéfié (GNL)est du gaz naturel rendu liquide par refroidissement à moins 160°C. Pour une même quantité de gaz naturel, le volume du GNL est environ 600 fois inférieur à celui de son état gazeux. Le transport du gaz naturel sous forme liquide à pression atmosphérique permet aux navires d'acheminer des quantités importantes d'énergie. Le GNL peut être aussi acheminé en petite quantité par camions-citernes.

ENGIE ELENGY FR CMYK ENDOS